Limiter au maximum nos interventions sur les sols

Préservation des écosystèmes

Très souvent les aménagements réalisés sur le domaine skiable comme de nouvelles remontées mécaniques ou l’extension du réseau de neige de culture s’accompagnent de travaux de terrassement et de remodelage du terrain. Comment limiter cet impact ?

Depuis 2014 nous suivons l’impact des travaux que nous réalisons sur les paysages de Serre-Chevalier, au travers d’un observatoire des paysages. L’objectif est de mesurer la vitesse à laquelle la végétation et les sols se régénèrent, et de déterminer des mesures correctives à mettre en place. 35 points de travaux ont ainsi été suivis en 2020. Parmi eux 12 présentent une intégration partielle ou insatisfaisante.

Il faut souvent plusieurs saisons pour que la végétation s’installe de nouveau correctement. Depuis maintenant 3 ans nous avons renforcé notre travail de végétalisation, amélioré les techniques utilisées…pour limiter ce délai. Mais avant de compenser et/ou réparer, encore faut-il éviter…C’est pourquoi nous pensons qu’il faudra limiter au strict nécessaire nos interventions sur les sols dans les années à venir. Laisser sa place au terrain naturel, sauf lorsque nous ne pourrons pas faire autrement.

Le terrassement des pistes a cependant des avantages: limiter la quantité de neige nécessaire pour garantir une bonne skiabillité, notamment. Il faudra sûrement faire de nouveaux compromis.

Alors, vous en pensez quoi ?

 

 

Chiffres clé

35 points de travaux suivis entre 2014 et 2019
12 présentent une intégration partielle ou non satisfaisante
+ 100 ha revégétalisés depuis 3 ans

Alors, vous en pensez-quoi ?

Ne plus terrasser de pistes pour préserver la topographie naturelle, vous en pensez quoi ?

En savoir plus sur le sujet...
,